« Le SVE – c’est l’adaptation »

Témoignage de Nicolas, SVE en Italie

Voilà désormais 6 mois que je suis en Italie.

Mon quotidien ne change quasiment pas par rapport aux mois précédents, les activités suivent leur cours, ma vie sociale n’est pas à plaindre. L’hiver s’estompe et le printemps revient dorer Cento.
Autant ces derniers mois furent très froids autant ceux qui se profilent s’annoncent très chaud, et ce n’est pas pour me déplaire car je viens de passer une semaine sous le soleil brûlant de Naples.
Cette semaine qui m’a semblé être des vacances avancées était en fait ma formation d’arrivée du SVE. Des changements administratifs ont repoussé cette formation traditionnellement juste après l’arrivée dans le pays au mois de mars, et c’est ainsi que je me suis retrouvé dans un Hôtel 4 étoiles de Nola (petite ville à une demi-heure de Naples), avec 65 volontaires venus d’Europe, d’Amérique du Sud ou encore des Philippines, arrivés en Italie entre septembre et mars.

Au programme, des leçons d’italien le matin, des activités sur « l’expérience SVE » l’après- midi, et selon les jours des petites soirées spéciales juste après le dîner. Mais aussi et surtout, la vie avec 65 jeunes entre 17 et 30 ans, du matin au soir tous rassemblés. Et au-delà de toutes les activités auxquelles nous avons pris part, l’intérêt premier de cette formation est de regrouper les volontaires, de les faire échanger sur leurs expériences, de mettre en relation ceux arrivés en septembre et habitués à la vie italienne avec ceux à peine arrivés depuis une semaine au moment de la formation.

En ça ma formation a été une grande réussite. Le point positif de vivre ensemble pendant quelques jours est que les relations vont très vites, si bien qu’en 7 jours la plupart des volontaires se sont fait des vrais amis qui resteront encore longtemps après la période du SVE. Se lier d’amitié développe aussi une grande envie de voyager à travers toute l’Italie, pour voir tous ceux avec qui on s’est bien entendu et qui peuvent habiter aussi bien à Turin au nord de l’Italie qu’en Sicile. Ce qui permet une confrontation entre deux Italie bien différentes l’une de l’autre, celle du nord et celle du sud, racontées par les étrangers que nous sommes.

Car s’il y a bien quelque chose qui nous unit ici, c’est que nous sommes tous étrangers, habitants d’un pays qui n’est pas le nôtre, aux traditions, modes de vie et comportements différents de ce que l’on connait. Il n’est pas rare de remarquer en écoutant les récits des uns et des autres que les volontaires venus de pays du nord de l’Europe, ont plus de mal à s’adapter à la « chaleur humaine » italienne que nous autres Français ou nos voisins espagnols.

Mais le SVE c’est ça, c’est l’adaptation. C’est l’acceptation d’une culture qui n’est pas la nôtre. L’une des activités proposées posait cette question : « Qu’est-ce qu’un volontaire SVE ? ». Pour moi c’est une éponge. Il aborde la culture du pays où il vit et la propage à son retour chez lui. Il absorbe un peu de son pays et le promeut là où il arrive. S’il y a bien une seule qualité à avoir pour partir, c’est bien l’ouverture d’esprit. Peut-être que les gens que l’on rencontre nous paraissent bizarres, différents des gens qu’on côtoyait chez nous. Mais la réciproque est tout aussi vraie et c’est notre rôle d’aller vers l’autre pour apprendre de ses différences. C’est ce que disait l’ensemble des activités que l’on a fait : soyez ouverts, curieux, et sociables. Profitez de la chance que vous avez pour la transformer en quelque chose de durable à votre retour à la maison.

Un de mes amis (Revi, venu des Pays-Bas pour ne pas le citer) me disait il y a quelques jours que c’était dommage de ne pouvoir faire qu’un seul SVE dans sa vie. Quand on vit ce genre d’expériences (car cette semaine de formation a bien été grandiose en tout point), difficile de ne pas acquiescer. Mais le SVE, outre le travail concret réalisé, c’est un ensemble de chocs culturels, psychologiques, émotionnels, qui les uns après les autres vont façonner votre esprit et faire naître à l’intérieur une flamme qui pourra brûler toute votre vie si vous savez l’entretenir. Alors pourquoi ne pouvoir faire qu’un seul SVE ? Et bien parce qu’on n’a qu’une vie et qu’il en suffit d’un seul pour vous la changer complètement.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s